"Une civilisation débute par le mythe et finit par le doute" E.M Cioran

À la recherche d'un lieu de vie plus vaste et moins onéreux que dans la capitale, nous nous sommes installé ici, dans l'Est Parisien, il y maintenant plus de 15 ans.
Banlieue construite sur le schéma nord-américain régi par ses codes et idéaux, j'éprouvais déjà un sentiment ambigu à l'égard de ce territoire, comme un expatrié, loin de mes repères et habitudes de pur citadin. L'idée de vivre au-delà du périphérique me questionnait.
Sur fond de rêve américain, les maisons standardisées s’étendent à perte de vue, effaçant le paysage rural. Les programmes immobiliers se multiplient encore aujourd'hui avec force. 
C’est étrange, mais il faut dire que le silence envahit régulièrement les rues, bien au-delà de la quiétude vendue dans les descriptifs d’agents immobiliers.
Alors le doute s'installe encore un peu plus chez moi, nous avions pourtant choisi ce lieu en pleine conscience, pour ce confort tant recherché.
À bien regarder, il y a quelque chose de fragile ici, comme une frontière entre désir et certitudes. Lorsque notre quête se confronte aux évidences du quotidien. 
En définitive, nous sommes peut-être d’éternels adolescents, à la recherche d’un idéal qui n’existe que dans nos esprits, rattrapés par la fracture et les blessures de notre temps.  
Les images de ce travail donne à voir un monde enclavé dans une fiction, où nos doutes et faiblesses surpassent nos convictions, où le béton orné se mélange au végétal.
Quelques rares rencontres viendront rompre le silence de ce récit, souvent jeunes, comme pour nous rappeler à nos espoirs juvéniles, éteints.



Musique ©Warren Ellis/Nick Cave - Song for Jesse
Back to Top