"On peut supposer qu’ici comme partout, le monde sédentaire s’est écroulé dans le grand fracas des révolutions. Ainsi le rapportent les historiens : terreur, pillages, émeutes, et ce long temps obscur avant le nôtre.
La mémoire de ce monde pourtant nous est restée; nous savons encore qu’a existé cette étrange époque où l’humanité fut, quelques siècles, sédentaire, pacifique et consommatrice. Nous savons que les hommes d’alors croyaient aux vertus de posséder la terre; que cela avait commencé avec l’agriculture, et que cela finit avec le pétrole. Pendant environ deux mille ans, les hommes s’arrêtèrent de marcher, et habitèrent.
Le Lotissement Grand Siècle, construit quelques décennies seulement avant le grand fracas, est à prendre, c’est certain, comme le chant du cygne de cette "Weltanschauung" enracinée dans le sol. De fait, le lotissement chercha à enraciner des déracinés. Il est acquis que les habitants du nouveau village, construit sur des champs, venait nécessairement tous d’autre part, et qu’ils cherchaient, en investissant ces pavillons, à reproduire le geste immémorial du lopin de terre personnel, dernière expression possible de l’égalité dans l’ère foncière, et de la foi des hommes - leur rêve"
Fanny Taillandier - Les états des empires du lotissement Grand Siècle

Cette série a été réalisée à Marne la vallée, dans une banlieue comme il en existe nombreuses, standardisées et souvent désirées. Elle convoque l’idée de la désillusion, d'un présent et d'un futur; questionnant les codes et le schéma social, l'individualité. 
Peut-être qu'un jour, ces espaces urbains ne seront plus occupés par le même désir, les mêmes personnes; que l'idée du bonheur par la propriété n'aura plus le même sens qu'aujourd'hui. Peut-être que ces villages se transformeront et appelleront une autre utopie, un ordre régi par le partage, que sais-je ...

Interprétation fictionnelle du territoire, ce travail explore le temps, la matière et sa péremption.

Musique ©Joep Beving - Day Dream

Back to Top